Un coup de mou à Londres ? No, thank you!

Je suis à Londres depuis près de trois mois pour un stage de quatre mois et voilà un moment que j’avais du mal à « remonter la pente ». Mon cadre de vie est plutôt bon et pourtant je peinais à être en forme.

Il faut savoir que je ne suis pas parti dans les meilleures conditions possibles. Je n’ai pas eu de pause entre ma semaine d’examens et mon départ, même pas un week-end. Savoir que j’avais besoin de vacances avant cette semaine vous permettra sans doute de comprendre mon état actuel.

La première semaine pleine de nouveautés m’a permis de me changer les idées, mais celles qui ont suivi ne m’ont pas aidé. J’avais encore des travaux scolaires à finir et à envoyer. Ceux-ci m’ont hanté pendant mon premier mois. J’ai ensuite essayé plusieurs stratagèmes pour me forcer à avoir une bonne hygiène de vie, mais ça n’a jamais vraiment fonctionné.

Pendant deux semaines, j’ai acheté de la nourriture vraiment « saine ». Mais je continuais à trop manger ou à faire des écarts.

J’ai essayé de filmer mon « aventure » sous forme de vlog pour suivre mon développement avec une série de vidéo que j’ai appelé « getting it together » qui fait référence à l’expression « get your shit together » qui est une version vulgaire de « reprend-toi en main ». Cette série de vidéos quotidiennes s’est avérée intéressante, me poussant à respecter mes objectifs puisque j’avais en quelque sorte des comptes à rendre devant la caméra. Mais j’ai dû cumuler mon stage, le tournage et le montage de ces vidéos. Et avec le piètre ordinateur que j’avais, ça ne rendait pas les choses faciles. J’ai fini par abandonner ce projet pour préserver mon sommeil et ma santé mentale. J’ai depuis commandé un nouvel ordinateur et je compte bien me lancer dans des vidéos hebdomadaires dès que je le reçois, alors on ne rentre pas bredouille de cette expérience.

J’ai voulu réaliser des projets personnels parce que cela m’amuse et me rend heureux. Si je suis heureux je ne suis plus tenté par les plaisirs vains de la malbouffe par exemple. Ou alors, je ne veille pas abusivement le soir. Mais il s’avère qu’en sortant du travail j’ai du mal à me plonger sérieusement dans mes projets. Je peux les commencer, en parler, mais je n’arrive pas à attaquer les parties importantes, du moins, je n’y prends pas trop de plaisir puisque le travail m’a déjà bien assommé. Et ça me mène à un autre problème… Je commence trop de projets… mais passons.

Je me suis rendu compte récemment que j’ai été coincé dans un cercle vicieux. J’étais mou – entre fatigué et déprimé, je ne pouvais donc pas m’investir dans mes projets ou sortir. Je mangeais pour trouver de l’énergie et du plaisir. Je n’étais pas vraiment heureux donc je regardais des vidéos machinalement pour passer le temps. Une fois qu’il était tard, je m’endormais. Le matin je me réveillais plus fatigué et moins enthousiaste que la veille et ça recommençait.

Heureusement, je ne suis pas resté bloqué dans cette boucle infernale déprimante. J’ai reçu de la visite et on a passé un week-end « touristes à Londres » avec mon frère, sa copine et leurs amies qui m’a bien requinqué. Il est difficile de se reprendre en main quand on est seul dans une routine, même en essayant de créer toutes les conditions pour, mais n’importe quel événement majeur est un bon déclencheur pour reprendre du poil de la bête. Voilà une semaine déjà que je pense avoir une bonne dynamique. Je reprends du terrain jour après jour. Niveau « bouffe » je fais des compromis pour avoir une transition douce vers une hygiène de vie saine. Sous les conseils de mon frère, j’y vais petit pas par petit pas pour ne pas m’imposer trop de contraintes qui me repousseraient vers ma spirale infernale. Je case des petites séances de méditation et de relaxation par-ci par-là et cela me fait un bien fou. Et enfin, j’ai commencé un nouveau projet (insert facepalm here) d’extension pour navigateur qui rend le web moins addictif en supprimant les suggestions de youtube par exemple.

Bref, le cercle vicieux, il est en PLS là, donc je suis plutôt proud of me !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.