Continuer, je ne peux plus y croire

Ce texte a été écrit pendant mes années en classe préparatoire aux grandes écoles. 


Chaque jour qui passe ravive ce désastre
Une confusion dans l’abîme de l’espoir
Mon monde s’écroule tel l’implosion d’un astre
Rien n’est terminé mais je ne peux plus y croire

Je sais je ne veux plus mais pourtant je survis
Je force le trait, ris plus fort en espérant
Que beauté et joie emplissent enfin notre vie
J’avance et ris, poursuis mon calvaire délirant

Des nuits je refuse le répit salvateur
L’abrupt somnolence emportant ma douleur
Je ne ressens plus rien, je souffre en silence
Les journées sont dures, je ne suis pas acteur
Laissez moi pour de vrai m’endormir et penser
Je ne veux plus jouer, j’ai bien trop à panser.


J’ai continué jusqu’au bout et je suis aujourd’hui dans une école d’ingénieurs. Mais à quel prix. Persévérez, si ça en vaut la peine. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *