5 étapes pour discerner le vrai du faux.

Quelques solutions pour parvenir à interpréter le réel.

vrai

En 1994, le politologue français Zaiki Laïdi écrivait Un Monde privé de sens et montrait comment la dissolution du bloc soviétique avait mis fin à l’affrontement de l’idéologie libérale et de l’idéologie communiste. Certains comme Francis Fukuyama ont alors parlé de fin de l’histoire et de victoire du modèle de la démocratie libérale. Les 25 années qui ont suivi ont prouvé que l’histoire était loin d’être finie. Cependant, le sentiment décrit par Laïdi en 1994 continue d’irradier au sein des sociétés occidentales. Quel sens donner au monde qui nous entoure. Sans boussole morale pour éclairer nos actions, comment distinguer le vrai du faux ?

1 : Chercher la définition des mots employés.

Le français est reconnu pour être une langue de la synthèse. Si notre éducation met tant l’accent sur l’apprentissage de la dissertation, c’est parce que l’esprit de notre langue ne se satisfait que d’une juste définition des mots.

Alors, soyez curieux des formulations qui vous sont proposées. Parle-t-on de migrant ou de réfugié ? Dit-on intégration ou assimilation ? Société ou communauté ? Nation ou patrie ? Effort ou sacrifice ?

Bref tous les mots ont un sens, encore plus en politique. Leur usage doit sonner à vos oreilles comme des indicateurs. Certains mots ne se retrouvent que dans la bouche de certaines personnes. D’autres servent à dissimuler une vérité ou à accentuer un trait particulier.

Saviez-vous à ce titre que lorsque le RMI (Revenu minimum d’insertion) a été remplacé par le RSA (Revenu de solidarité active) en 2009–2010, il a été choisi exprès un acronyme différent pour que meure avec le nouvel acronyme la catégorie des “érémistes”. Ce qu’on ne peut plus nommer existe déjà un peu moins …

2 : Ne pas se laisser impressionner par une information et chercher à la mettre en lien avec d’autres.

Vous êtes surpris par une information ? Demandez-vous toujours si le timing n’est pas un peu trop beau pour être vrai. Sans tomber dans le complotisme qui s’auto-alimente, il est toujours bon de questionner une information qui serait reprise trop largement par de nombreux médias sans plus de sources précises.

Il est également bon de savoir que la plupart du temps, aucune information ne tombe du ciel. Le retour sur terre d’un spationaute ou la chute d’une météorite exceptés, mais vous m’aurez compris.

A vous donc d’être assez perspicaces pour voir les liens qui peuvent exister entre certains événements et être capable d’anticiper le comportement des acteurs en jeu pour savoir si les informations partagées sont crédibles ou non. A l’heure ou seulement plus d’1/3 d’Européen semble croire les médias sur internet, on est jamais trop prudent.

3 : Croiser les sources d’informations et sortir de sa bulle d’interprétation.

Le meilleur moyen de savoir si une interprétation d’une situation correspond bien au réel est de croiser les sources d’information. Remonter à la source de certaines nouvelles peut aussi apporter d’importants détail. En réduisant le nombre d’articles entre l’information originelle et vous, il est plus facile de limiter le bruit qui peut entourer certaines informations.

Les dépêches de presse sont généralement vos meilleures alliées. La plupart du temps il est même possible de comparer la dépêche AFP et la dépêche REUTERS.

Enfin, rien ne vaut le passage du temps pour faire la lumière sur une information. Pour les informations sensibles, il vous faudra parfois vous armer de patience. Avis aux plus tenaces d’entres vous, de nouvelles informations sur la mort de Kennedy pourraient être révélées en 2017.

4 : S’informer le plus souvent possible pour construire un système de pensée cohérent.

En général, une information en suit une autre, ainsi va le monde. Plus vous serez capable de construire une base solide d’informations liées les unes aux autres, moins vous serez susceptibles d’être victime d’une manipulation.

Il ne s’agit pas seulement de se rappeler des grands événements mais plutôt de savoir pourquoi un événement en a causé un autre. Les chaînes de causalités et les conditions de leur rencontre sont les sources les plus précieuses d’informations. De plus, elles aident généralement à démêler le vrai du faux.

5 : S’intéresser à l’histoire et tout particulièrement à l’histoire politique.

Cette culture de l’information s’acquiert en opérant un suivi de l’information mais aussi en cherchant activement à comprendre certaines situations.

Impossible de comprendre la nature de la relation de la Russie et de l’Europe, la situation actuelle de la Turquie, ou même l’état du conflit Israelo-Palestinien sans remonter des décennies d’histoire, voire des siècles. Il est donc dans votre intérêt de rattraper tout ça.

Je vois un peu l’histoire comme une très longue série à succès dont il vous serait demandé de prendre le visionnage en marche. On est saison 11 et plongé directement dans le premier épisode. Impossible de comprendre quoi que ce soit sans se renseigner sur les 10 saisons précédentes.

L’histoire du monde moderne est très similaire et en cours depuis au moins 2 siècles. Il peut être intéressant pour vous d’acheter un livre d’histoire générale ou même un atlas pour mieux comprendre les différentes relations entre les acteurs du monde, ou la situation nationale.

Et si vous avez du mal à vous mettre à la lecture d’un ouvrage quelconque, peut-être qu’il vous faut découvrir le secret de tout apprentissage réussi ou encore découvrir votre propre talent !


Si jamais vous désirez des conseils en termes de livres à lire ou d’aide pour savoir par quoi commencer, n’hésitez pas à échanger avec moi !

Voilà de quoi vous aider à discerner le vrai du faux. Tant que vous vous questionnez tout devrait aller ! Aidez à propager de bonnes habitudes en partageant et en recommandant cette histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *