Rater et recommencer : la victoire, c’est d’oser l’échec

Pour rater, il faut essayer. J’ai échoué lamentablement. Il y a un mois je m’étais fixé comme but – alors que je n’avais jamais vraiment pratiqué régulièrement de sport – de faire une séance de sport chaque matin. Je n’ai pas tenu une semaine. Pourtant, je suis content, et je vais recommencer ce défi.

Rater pour mieux recommencer
Voici mon carnet… c’est la seule page.

Il faut se fixer des buts que l’on ne peut que rater

Oui, être ambitieux à ce point

Si vous réussissez facilement à ce que vous voulez faire, avez-vous bien choisi vos buts ? Nous avons tous en tête un « idéal » de vie / société et ce qui est intéressant avec l’idéal, c’est qu’il n’est pas atteignable. En effet, il va falloir vous battre toute votre vie pour essayer d’atteindre cet idéal, vous ne réussirez jamais, le but est de s’en approcher le plus. Penser que vous avez « réussi » c’est négliger votre idéal, le mettre sous le tapis. Vous vous dites que c’est déjà bien tel que c’est et que vous en avez fait assez, mais au fond, cette frustration… vous savez que vous auriez pu aller bien plus loin. Votre objectif est cet idéal, pas un compromis.

N’oubliez pas de bien comprendre ce qu’est votre idéal et quelles sont vos motivations, ne travaillez pas d’arrache-pied, pour faire plaisir à d’autres ou pour faire indirectement du mal aux autres (ou directement ?).

Pourquoi ne pas juste y aller petit à petit ?

Si vous vous dites cela, c’est que vous avez peur de l’échec, or, l’échec est la meilleur chose qui puisse vous arriver.

  • Dans le cas d’un échec, on peut considérer que vous avez donné le meilleur de vous même pour un objectif trop ambitieux (Ou alors vous vous êtes découragé… Dans ce cas là il faut vraiment comprendre vos motivations et revoir votre confiance en vous).
  • Si vous réussissez, c’est que votre objectif était faisable, vous n’avez peut-être pas eu à donner le meilleur de vous même.

Repoussez vos limites en ne craignant pas l’échec. Soyez fier de vos victoires, mais devenez plus ambitieux !

Non, ne pas ignorer ses victoires

Quand je vous dis qu’il est bon de se fixer des objectifs tellement ambitieux que vous ne pouvez qu’échouer, ça ne veut pas dire que sur votre chemin vous n’aller pas réaliser des choses merveilleuses. Bien au contraire, vous allez en réaliser plus que tout autre. Il vous faut vous rendre compte de ces victoires, même si elles sont moins prestigieuses que vos objectifs. Dans vos échecs, vous allez réussir tant de choses que d’autres n’oseront jamais convoiter. N’oubliez jamais que vous pouvez réussir des objectifs sensés, mais que vous visez plus loin !

Il faut apprendre de ses erreurs puis recommencer

Votre objectif est infaisable, vous n’arrêtez pas de rater…

« La définition de la folie, c’est de refaire toujours la même chose, et d’attendre des résultats différents. » Albert Einstein

Si vous ratez, c’est pour une raison. Soit votre objectif est mal posé, soit vous faites des erreurs, vous vous y prenez mal. Après chaque déception, chaque échec, ne laissez aucun doute s’installer. Vous n’avez pas le temps de douter. Prenez un papier et recherchez sérieusement tout ce qui a pu vous empêcher de réussir, avec une contrainte: Vous êtes le seul coupable de ce qui vous arrive. Si vous pensez que c’est de la malchance, alors, vous n’avez pas compris la contrainte.

Vous êtes le seul coupable de ce qui vous arrive. Ne culpabilisez surtout pas, il s’agit d’un exercice pour essayer de venir à bout de vos échecs, vous n’êtes pas coupable de tout, mais le penser, peut vous permettre de résoudre votre problème. « Je suis tombé sur le seul thème que je n’avais pas révisé, quelle malchance » devient « Je n’avais pas révisé tous les thèmes. En le faisant, je peux réussir ».

Qu’attendez vous ! Rater, c’est recommencer

« This is the end, and the beginning » The Black Eyed Peas – The E.N.D.

Vous avez reformulé votre objectif, vous avez trouvé vos failles. Alors vous avez plus de chances que jamais auparavant de réussir cette fois-ci. Abandonner, c’est laisser tomber la tentative la plus facile. Bien sûr vous pouvez abandonner si vous vous rendez compte en chemin que l’objectif n’est pas le bon. Il ne s’agirait pas d’un abandon, mais d’une évolution. Par contre, abandonner car « vous n’êtes pas assez bon »… c’est laisser passer la chance de sa vie.

Devenez bon, réessayez, encore et encore, et au final, vous verrez… vous aller rater. Mais vous aurez fait mieux que tout ceux qui n’avaient pas de vision, d’objectif.


Je ne vais pas m’attarder sur le sujet de l’échec, car Stevo avait fait un très bon article là-dessus :

Les 6 manières de se remettre d’un cuisant échec

  1. Prendre un jour (mieux un weekend) pour respirer
  2. Comprendre si l’on veut persévérer ou pas
  3. Redéfinir son quotidien
  4. Réfléchir à la raison de son échec
  5. Faire de l’échec une expérience valorisante
  6. Se remettre doucement en selle

Lisez cet article, il y détaille ces points un par un. Nos avis se rejoignent sur beaucoup de points.


Pour ce qui est de mon cas, j’ai bien compris quels sont les obstacles et je m’y remet ! Des longues nuits de sommeil à horaires fixes étant ce qui m’a manqué le plus pour réussir. Je vous en reparle dès que possible !

N’oubliez pas, je vous donne mon point de vue qui n’est pas forcément le bon. Si vous en avez un autre, je serais heureux de le lire dans les commentaires, et d’en parler.

One Reply to “Rater et recommencer : la victoire, c’est d’oser l’échec”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *