Les 6 manières de se remettre d’un cuisant échec

Cet article se veut un peu méta. Vous voyez, mon histoire depuis les 6 derniers mois se résume à une série d’échecs assez difficiles. J’enchaîne les concours administratifs depuis août dernier et si j’y suis toujours c’est que ça n’a pas encore cartonné pour moi. Hier encore je n’ai pas vu mon nom apparaître dans deux listes différentes. Pourtant je n’abandonne pas ! Et donc dans un double effort pour retrouver la motivation à travailler et pour tourner la page voilà mes six astuces pour se remettre d’un cuisant échec.

Citron pouvant représenter un échec / obstacle
Ce citron est peut-être moche, mais il est sera très bon une fois qu’il sera devenu un bon jus !

If life gives you lemons, make lemonade.

Numéro 1 : Prendre un jour (mieux un weekend) pour respirer.

Bon voilà ça l’a pas fait. Après l’adrénaline de savoir si ça allait le faire, tout retombe d’un seul coup. C’est le moment de relativiser. Depuis un certain temps tout ce qui importait était le résultat. Pour la première fois depuis quelques jours, l’occasion de penser à autre chose se présente.

Et oui, autour de vous la vie a continué tout ce temps ! C’est l’occasion de prendre un peu l’air, de prendre une bonne glace, de regarder un film, une série ou de passer du temps avec des amis sans ressasser tout ça bien sûr.

Bref, cette journée est la votre. Il faut prendre du recul et apprécier les choses simples de la vie pour se rendre compte que finalement peu importe d’avoir réussi ou pas. L’important reste de savoir qui l’on est, et de prendre un peu de temps pour soi.

Numéro 2 : Comprendre si l’on veut persévérer ou pas.

Bon, on a pris une bonne bouffée d’air frais, on peut se demander ce que l’on va faire. Pas question ici de se demander pourquoi on a échoué mais plutôt si l’on veut toujours la chose pour laquelle on s’est tant battu. Il faut imaginer ce moment comme celui d’un écran de Game over d’un jeu vidéo. C’est le moment de décider si l’on veut sauvegarder et continuer ou si l’on veut sauvegarder et quitter en somme. Cette réflexion rapide vous permettra de savoir. Soit votre échec est dû à un souhait implicite de ne pas réussir de votre part, soit il faut persévérer.

Il est tout à fait possible que l’effort que vous n’avez pas réussi à fournir soit dû à un manque de motivation de votre part parce qu’en réalité vous ne souhaitiez pas véritablement obtenir ce qui se trouvait au bout du chemin.

Si l’effort supplémentaire à investir pour recommencer ne vaut pas le coup et que vous ne regretterez pas de ne pas recommencer parce que vous aviez déjà tout donné, alors vous pourrez passer à un autre objectif.

En revanche, si vous pensez que vous n’avez pas tout donné ou que ce qui vous est arrivé est du à un coup du sort terrible ou encore que si vous vous arrêtiez maintenant vous le regretteriez, dans ce cas passez à l’étape suivante !

Numéro 3 : Redéfinir son quotidien.

Vous avez pris la décision de continuer, c’est parfait ! Avant toute réflexion sur le fond de votre échec il vous faut prendre un nouveau départ. Changer quelque chose à son quotidien pour bien vous montrer à vous-même que, non, désormais rien ne sera plus comme avant.

Ça peut être quelque chose de très simple, une coupe de cheveux, décider d’aller au travail à vélo plutôt qu’en métro, une nouvelle habitude alimentaire ou un abonnement à la salle de sport. Bref, il faut que cet élément nouveau vienne décidément pimenter votre quotidien.

Soyez sûr que désormais vous réussirez parce que vous êtes heureux de travailler.

Numéro 4 : Réfléchir à la raison de son échec.

Une fois tous ces aménagements faits, il s’agit de se retourner. Il faut tout remettre à plat, questionner ces petites habitudes qu’on a pu prendre. Elles sont là pour nous rassurer au lieu de nous permettre de véritablement atteindre notre objectif. Maintenant l’erreur commise, il est important de ne pas s’enfermer dans encore plus de ces procédures. Elles sont rassurantes mais font perdre beaucoup de temps. Au contraire, il s’agit d’avancer vers son objectif par des actions concrètes.

Une fois déterminées les raisons de son échec, il devient facile d’ajuster ses habitudes pour remédier à ce problème. C’est le moment de parler avec ses proches, ses amis et des personnes que vous admirez ou qui ont déjà atteint l’objectif que vous visez pour en savoir plus et se sortir de l’ornière.

Numéro 5 : Faire de l’échec une expérience valorisante.

Retourner immédiatement à ce qu’on faisait la veille de l’échec en se convainquant qu’il ne s’est rien passé est probablement le meilleur moyen de s’effondrer après avoir cogité sur son erreur pendant plus d’une semaine. L’échec fait désormais partie de vous et il ne tient qu’à vous d’en faire une expérience. Immédiatement, c’est dur de prendre du recul. Puis au bout d’une semaine on en rit. Peu après on peut en faire un élément de motivation. Gardez la rage de ne pas avoir été pris. Mais plutôt que de la laisser se développer en une sourde colère, faites-en un élément qui vous pousse à vous lever tous les matins !

Numéro 6: Se remettre doucement en selle.

Vous êtes déterminé à vous relever de ce vilain coup pour commencer une nouvelle manche, mais inutile de foncer la tête baissée au même niveau d’intensité que lorsque l’on se préparait avant l’échec. C’est le meilleur moyen de griller en vol au bout d’une semaine. Le mieux est de reprendre pas à pas, en s’assurant chaque jour d’avoir intégré au moins un élément qui nous rapproche un peu plus de notre objectif.


Au final, on apprécie vraiment une victoire que lorsque l’on peut la mesurer à l’effort fourni pour la décrocher. Dites-vous que cet échec ne rendra la prochaine victoire que meilleure. Travaillez à chasser votre amertume pour en faire de la douce limonade.

Quant à moi je me remettrai dès demain à mes livres de droit. En espérant que très vite la chance me sourit et que mes longs efforts soient récompensés ! On peut y arriver !

Pensez à partager cet article si jamais vous ne savez que dire à quelqu’un qui vient de subir une déception. De plus, n’hésitez pas à le commenter pour me donnez d’autres astuces qui m’aideront à avancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *